Espace client
LE CONTRAT DE COOPERATION PUBLIC-PUBLIC, UNE PISTE PEU EXPLOITEE PAR LES PERSONNES PUBLIQUES

LE CONTRAT DE COOPERATION PUBLIC-PUBLIC, UNE PISTE PEU EXPLOITEE PAR LES PERSONNES PUBLIQUES

Publié le : 22/08/2018 22 août Août 2018
Au rang des contrats administratifs, les contrats de coopération public-public, peu exploités, se révèlent être une solution efficace et peu contraignante pour les personnes publiques lorsque celles-ci désirent s’associer en vue de la réalisation d’un projet commun.

Conformément à l’article 18 de l’ordonnance du 23 juillet 2015, ainsi qu’à l’article 17 de l’ordonnance du 29 janvier 2016, une « coopération public-public » peut être contractuellement établie entre plusieurs pouvoirs adjudicateurs pour atteindre un objectif commun en lien à leurs missions de service public.

Le Cabinet BOREL& DEL PRETE vous expose les caractéristiques et les avantages de ce montage contractuel.  

 Quel est l’intérêt ?


Le recours à ce contrat permet ainsi d’organiser une coopération entre deux personnes publiques en dehors de toute obligation de publicité et de mise en concurrence. La raison tient à l’objet même de cette coopération qui ne doit obéir qu’à des considérations d’intérêt général.
Ces contrats échappent ainsi au droit des marchés publics et des concessions.

Quels sont les critères d’identification de ce montage contractuel ?


1.    Cette « coopération public-public » doit nécessairement revêtir un caractère d’intérêt général, à savoir, l’exécution d’une mission de service public.
2.    Cette mission doit absolument être exercée conjointement entre tous les partenaires au contrat.
3.    Cette coopération ne doit pas avoir pour conséquence de fausser le marché concurrentiel.
A ce titre, il est spécialement prévu que les pouvoirs adjudicateurs concernés doivent se borner à réaliser sur le marché concurrentiel moins de 20% des activités concernées par cette opération.

Quelle est la position de l’Union européenne ?


La Commission précise que ce contrat doit nécessairement impliquer une exécution conjointe de la mission entre les différentes personnes publiques, contrairement à un marché public où l’une des parties exécute une prestation définie contre rémunération.

Il est donc impératif que l’un des pouvoirs adjudicateurs ne soit pas considéré comme un donneur d’ordres et l’autre commun le prestataire. Les personnes publiques doivent concourir étroitement à cette mission d’intérêt général commune.

Dans le cas contraire, la Cour de justice, qui veille strictement au respect du critère relatif à l’exercice en commun de la mission de service publique, pourrait requalifier ce contrat dans la mesure où elle exclut toutes les hypothèses qui ne se rapprochent pas suffisamment d’une collaboration partagée au cours d’une même mission (voir par ex : CJUE, 20 juin 2013, n° C- 352/12, Consiglio Nazionale degli Ingegneri c/ Comune di Castelvecchio Subequo).

En définitive, la sécurisation d’un tel montage nécessite une coopération étroite entre les personnes publiques et leur conseil.

Didier DEL PRETE, Avocat associé, cabinet BOREL & DEL PRETE

 

Historique

<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.