Espace client
Attention aux excès de vitesse : le Conseil d’Etat a refusé de suspendre le décret controversé du 15 juin 2018, relatif à la limitation de vitesse à 80 km/h ! (CE, ord., 23 juillet 2018 n° 421816 ; n° 422147 ; n° 421704)

Attention aux excès de vitesse : le Conseil d’Etat a refusé de suspendre le décret controversé du 15 juin 2018, relatif à la limitation de vitesse à 80 km/h ! (CE, ord., 23 juillet 2018 n° 421816 ; n° 422147 ; n° 421704)

Publié le : 20/08/2018 20 août août 08 2018

A l’occasion de l’entrée en vigueur du décret du 15 juin 2018, relatif à la limitation de vitesse à 80 km/h, tant controversé, le Conseil d’Etat a, par trois décisions du même jour, rappelé les conditions de recevabilité des référés créés par loi du 30 juin 2000, et à quel point celle tenant à l’urgence à statuer est déterminante.

La loi du 30 juin 2000 relative aux référés devant les juridictions administratives a en effet créé trois types de référé : le référé-suspension (art. 521-1 CJA), le référé-liberté (art. 521-2 CJA) et le référé mesures-utiles (521-3 CJA). Ces trois référés, désignés comme les « référés urgents » de la justice administrative, répondent tous à une même condition commune : l’urgence à statuer. Celle-ci doit en effet être obligatoirement caractérisée pour que le juge administratif décide par exemple de suspendre le décret attaqué ou d’enjoindre à l’administration de communiquer « l’intégralité des pièces du dossier administratif ayant servi à l’élaboration » de ce décret.

Saisi de deux référés-suspension (instances n° 421816 et 421704) ainsi que d’un référé mesures-utiles (n°422147) à l’encontre de ce décret, le Conseil d’Etat a estimé, dans ces trois recours, l’absence d’urgence à statuer dans l’argumentation présentée par les requérants.

Les requérants expliquaient en effet qu’il y avait urgence à statuer en ce que :
  • « l’entrée en vigueur du décret, à compter du 1er juillet 2018, crée, en elle-même, une situation d’urgence » et que « le décret s’appliquant à l’ensemble des usagers de la route (…) et [pouvait], par suite, être à l’origine de nombreuses pertes de points pour les automobilistes » ;
  • « la nouvelle valeur limite de vitesse de 80 km/h est susceptible d’augmenter le risque d’accidents de la route, en raison de ce qu’elle favoriserait (…) l’hypovigilance des conducteurs, voire leur fatigue nerveuse et leur agressivité et, (…) qu’elle se traduit notamment par un accroissement de la durée de ses trajets et de sa consommation de carburant ainsi que par une baisse de son attention en situation de conduite » ;
  • La communication des documents « leur est immédiatement nécessaire, compte tenu de ce qu’ils ont parallèlement introduit, contre ce même décret, un recours pour excès de pouvoir et une requête en référé-suspension, qui ont été respectivement enregistrés au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat les 20 et 27 juin 2018 sous les numéros 421651 et 421816 » ;
Pour le conseil d’Etat :
  • S’agissant des demandes en suspension, « ni les écritures des requérants, ni les pièces versées au dossier, ni, (…) les échanges au cours de l’audience publique, ne permettent de faire apparaître d’éléments concrets et circonstanciés propres à établir que l’exécution du décret du 15 juin 2018 porterait atteinte, de manière suffisamment grave et immédiate, à un intérêt public ou à la situation des requérants ; que, par suite, la condition d’urgence (…) [n’était] , en l’état de l’instruction, pas satisfaite ».
  • S’agissant de la demande de communication des pièces, « il n’est ainsi pas établi, que ce soit par les pièces du dossier, ou d’ailleurs, par les éléments avancés lors de l’audience publique, que la communication immédiate des pièces en cause, à tout le moins pour celles qui ne font pas d’ores et déjà l’objet d’une diffusion publique, serait nécessaire à la sauvegarde des droits des requérants ; que la condition d’urgence n’étant ainsi pas satisfaite ».

Cette affaire démontre la nécessité de bien caractériser l’urgence, car la suspension d’un décret n’est pas de droit. Pour autant, cela ne présume pas que sur le fond le décret contesté est légal.

Pour les conducteurs, l’espoir reste permis….

Didier DEL PRETE, Avocat associé, cabinet BOREL & DEL PRETE

Historique

<< < ... 5 6 7 8 9 10 11 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.